Accueil > politique, Segolène Royal > la lettre de segolène Royal à Benoit Hamon …

la lettre de segolène Royal à Benoit Hamon …

Cher Benoît,

Notre congrès est un moment fort que nous avons la responsabilité de réussir. Les
militants attendent que nous agissions au mieux, avec un nouvel état d’esprit serein et
confiant.

Je te remercie du climat constructif de notre échange. J’en ai rendu compte à notre
conseil politique et nous t’adressons les précisions suivantes, dans un esprit de
franchise et de recherche de l’unité que les militants attendent.

Tu as évoqué lors de cet entretien, ainsi que publiquement, trois principes qui te
tiennent à cœur, à toi et tes camarades de motion, pour ce congrès : «le
renouvellement », « l’ancrage à gauche », « le refus d’un accord de gouvernement
avec le Modem »
.

Depuis le début de notre débat de congrès, nous avons porté dans notre motion les
thèmes du renouvellement générationnel et de la diversité, ainsi que celui de la
transformation du parti socialiste. Notre motion fait des propositions précises qui
pourront être enrichies par d’autres idées.

Sur l’ancrage à gauche de notre parti, nous avons fait depuis plusieurs mois déjà,
avant même l’aggravation de la crise financière fin août, des propositions qui
témoignent de notre conviction qu’une combativité nouvelle face au libéralisme est
nécessaire et que nos orientations doivent renouer avec un volontarisme dans la
transformation sociale.

Sur la question des alliances, nous tenons une nouvelle fois à lever toute ambiguïté.
Nous n’avons jamais prôné, dans notre contribution puis dans notre motion,  un
« renversement d’alliance » pour la stratégie de rassemblement qui doit être celle du
parti socialiste.

Nous sommes tous socialistes. Des valeurs communes nous rassemblent tous et sont
très fortes. Les militants attendent notre unité autour de ces valeurs. Ils ont voté le 6
novembre. Par leur vote, ils ont affirmé leur désir d’une transformation profonde de
notre parti et leur soif de fraternité et d’unité.

Ils l’ont fait dans un contexte où le monde change, où le libéralisme échoue et où
monte la demande d’un projet de gauche. Face aux souffrances sociales qui
s’accumulent, nos responsabilités ne peuvent plus être différées. Il y a urgence.

Agir pour que les valeurs humaines s’imposent, porter haut l’exigence de justice
sociale et d’émancipation de la personne humaine, c’est depuis toujours l’ambition
des socialistes. Nos valeurs sont d’une vibrante actualité. Le temps est venu d’écrire
une nouvelle page de notre histoire. Celle du socialisme du 21ème siècle.

La France a besoin d’un Parti socialiste à la hauteur des grands choix politiques qui
l’attendent, capable de faire bloc pour s’opposer et proposer.

Le congrès de Reims doit être le point de départ d’un patient et passionnant travail de
reconquête idéologique autour de nos valeurs et de nos idées face à la droite,
d’élaboration programmatique fondée sur une démocratie militante, participative et
active, de mobilisation pour attirer les forces de la jeunesse, les salariés, les
catégories populaires et moyennes et construire un nouveau rapport de force
politique. Un travail considérable nous attend.

Nous avons la ferme volonté de mettre en avant une équipe cohérente, voulant
vraiment rénover et fédérant tous les talents, toutes les intelligences, toutes les
convictions.

Les socialistes peuvent réussir cette transformation nécessaire avec notamment les
grands défis suivants.

1 – Répondre d’abord à l’urgence de la crise financière et sociale

Nombreux sont celles et ceux, personnes âgées, jeunes, salariés précarisés, chefs de
PME qui ressentent durement les conséquences de la crise. Nous devons leur dire
qu’une autre politique est possible. C’est au Parti socialiste de la proposer.

La France entre en récession. Nous devons partout sur les territoires évaluer les effets
de cette crise. Ce bilan, dressé par les fédérations en lien avec les élus locaux, sera le
préalable à l’organisation d’un grand forum global associant le mouvement social,
syndicats, représentants des services publics, salariés en lutte, entrepreneurs,
associations, universitaires, altermondialistes, consommateurs, petits épargnants…

Ce forum global aura une dimension européenne. La réponse à la crise du capitalisme
n’est pas le domaine réservé des cercles technocratiques et des sommets
intergouvernementaux. L’efficacité de la réponse en dépend.

2 – Cinq orientations pour bâtir le socialisme du 21ème siècle

1) La finance doit être au service de l’économie productive et non pas au service
d’elle-même. Et l’économie productive doit être au service de l’épanouissement
humain. Cela suppose un nouvel ordre économique et social juste, contre la précarité
et pour la société du travail bien rémunéré, rééquilibrant le rapport capital/travail.

2) Il faut un Etat préventif et stratège qui change les rapports de force. Distribuer
après coup ne suffit plus. Cela suppose un nouveau modèle de croissance associant
dynamisme économique, politique industrielle, progrès social et écologie.

3) Faire partout le choix écologique de l’excellence environnementale. Urgence
sociale et urgence environnementale sont désormais liées. Cela suppose de favoriser
une croissance sobre qui tienne compte de la rareté des ressources, d’organiser
l’après-pétrole et de promouvoir de nouvelles révolutions technologiques.

4) Oser la démocratie jusqu’au bout et refonder le pacte républicain. Cela suppose de
nouvelles institutions, de nouveaux pouvoirs pour les territoires, une réelle
démocratie sociale et participative, le pluralisme médiatique, l’indépendance de la
justice. Cela suppose d’avoir pour objectif de l’égalité réelle et de reconnaître la
France métissée comme une chance.

5) Réorienter l’Europe pour la relancer.

3 – Faire du Parti Socialiste une force neuve

Notre objectif est de faire du Parti Socialiste le grand parti démocratique, populaire et
de mobilisation sociale dont la France a besoin.

Le respect du vote des militants sera la règle absolue, car c’est la condition première
d’une unité nouvelle des socialistes.

Nous voulons construire un parti de masse. Le montant de l’adhésion ne doit plus être
un obstacle au militantisme qui est d’abord un don de temps.

Des responsabilités seront décentralisées aux fédérations pour que le parti fonctionne
de façon ascendante en s’appuyant sur notre action concrète dans les régions, les
départements et les communes. Des dotations financières plus importantes leur seront
attribuées aux fédérations.
Une université populaire de la connaissance sera créée dans chaque région pour
permettre à tous les citoyens d’accéder à la culture politique qui permet à chacun
d’avoir les outils de compréhension et d’analyse pour intervenir dans les débats
d’idées.

Le parti organisera de nouvelles formes de militantisme : réseaux de solidarité
concrètes, actions en direction des salariés, implantation dans les quartiers, place des
nouvelles technologies, recrutement de nouveaux adhérents etc.

4 – Fédérer la gauche
La stratégie des socialistes a toujours consisté d’abord à rassembler la gauche, toute
la gauche, autour d’un contrat de gouvernement.

Celui-ci doit être préparé par un comité d’action de la gauche, ouvrant la perspective
à terme d’une fédération. Ce comité ouvrira largement ses débats en associant les
militants, en organisant des campagnes de mobilisation et d’actions.

C’est à partir de cette stratégie que les socialistes ont vocation à s’adresser seulement
ensuite à toutes les forces susceptibles de se reconnaître dans le projet socialiste pour
battre la droite.
¤

Tous les sujets sont ouverts et il appartient à la future majorité de notre parti à
laquelle nous souhaitons que toi et tes amis participent, de les faire avancer pour les
appliquer.

Amicalement

Ségolène Royal et les responsables de la motion E

Publicités
  1. Moules Frites
    novembre 13, 2008 à 8:45

    Je voudrais dire à ce camarade « Socialiste » que le Socialisme ne s’improvise pas au lendemain d’une crise ! c’est ce qu’a fait Ségolène…
    Personne n’est dupe aujourd’hui. Vous aurez beua dire que Ségolène si Ségolène là… Nous nous savons qu’elle était prête à vendre l’appareil pour se faire élire « Présidente » ! Ca, nous ne l’oublirons jamais.
    Je veux te dire aussi « Camarade » que les invocation de la lettre que tu publie ne sont étayés d’aucun argument, d’aucune mesure nous permettant d’y croire !
    C’est trop facile de palabrer sans éclaircir vos propositions. Nous n’y croyons pas !
    Personnellement je ne voterai pas pour le clan des FANS de ROYAL. Car j’ai pu à l’occasion de mes rencontre lors des différentes réunions dans le 37 me rendre compte du Fanatisme spectaculaire j’avais en face moi… Vous me faites peur !

  2. novembre 13, 2008 à 1:10

    Ces lettres reflètent très concrètement notre volonté de travailler collectivement et en bonne intelligence avec tous les socialistes. Point !
    C’est marqué noir sur blanc.
    Relis la motion de Hamon et montre moi les passages qui seraient plus précis politiquement ou plus clairs d’un point de vue de fond … j’attends.

    Bon, ensuite, tu as peur des fans Royal ? Mmmh intéréssant … dis moi, tu te sens menacé, tu crois voir une secte? tu entends des voix ? tu as acheté la poupée vaudou ? … écoute, pourquoi tu n’irais pas effectivement prendre un peu l’air au bord de la mer et te taper cette superbe moule frite en regardant le phare … je t’assures 😉
    Allez, suivant !!!!

  3. Waldo Kanto
    novembre 17, 2008 à 3:58

    Hamon est le pantin d’Emanuelli, pas besoin de chercher ailleur.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :