Accueil > féminisme, Uncategorized > campagne PETA : quel rapport avec la choucroute ?

campagne PETA : quel rapport avec la choucroute ?

Donc si vous avez plus de 18 ans vous pouvez admirer cette magnifique affiche photo montée qui représente Joanna Krupa en petite tenue d’ Eve lévitante dans une église au dessus d’un parterre de clebards la langue pendante … ! Très très classe !

C’est très fort en mauvais goût cela va de soi.

Mais le plus intéréssant est, à mon avis, la somme de poncifs sexistes qui se revèlent en sous couche au regard de cette apparition se voulant divine et mollement choquante !

On revient pas sur le fait d’exposer un corps de femme nue pour vendre une voiture ou un logiciel etc, c’est tellement con …

Non, là ce qui m’a fait rire c’est le rapport bipolaire femme ange versus femme démon : pour PETA une femme en fourrure est un véritable démon. Une cible à abattre. La salope tue les chtis zanimos !  Et à travers l’argument de la fourrure puis tous le ramassis de projections sexistes et sexuelles qui existent à cet endroit on peut rapidement extrapoler une logique anti-fourrure mais tout aussi anti-femme comme suit : Femme en Fourrure = sensualité, stupre, luxure, sexe, autonomie,  domination, sado masochisme, sang des animaux, sacrifice, rituel, offrandes, satanisme ! Kshh ! Kshhh !

Au contrario de la femme PETA – blonde (tiens, encore une blonde … ) pure – s’élevant au dessus de la mêlée et de la cohorte des chiens … extrapolée donc – extirpée – purifiée mais à poil – nue – en offrande ( sans fourrure c’est elle qui est sacrifiée à notre regard) et sexuellement voilée par la croix du fils de Dieu (qui va se prendre un torticolis ! ) … waou, moi je dis c’est trop fort ! Le Vatican va tiquer !

En l’état Joanna Krupa fait office de véritable succube en mode diurne. Et j’ai bien peur que tout le monde ait oublié les petits chiens en cours de route depuis longtemps.

Publicités
Catégories :féminisme, Uncategorized Étiquettes : ,
  1. décembre 7, 2009 à 10:42

    le + tordant c’est que l’Eglise se sent offusquée à cause … de la croix ! ben chiche, enlevez la croix ! … demain j’enlève la croix ;o) ahlala ils ne savent vraiment plus quoi faire ces pauvres pubeux et ecclésiastiques réunis pour nous mettre à poil ! enfin lisant régulièrement le site feministing … (américain) ben Peta revient régulièrement dans le colimateur, vu que Peta est toujours pro-animaux sur le dos des femmes…

  2. décembre 7, 2009 à 10:52

    C’est exactement là ou je veux en venir : la femme est bien plus maltraitée que les chtis zanimos … 😉 et l’argument anti fourrure n’est qu’un défouloir sexiste grossier …

  3. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 5:02

    Ouais… la femme est bien plus maltraitée que les petits animaux. Où ça ?… Qu’il y ait ds violences sur certaines femmes, je l’admets volontiers, mais faut arrêter de parler du mal fait aux femmes. A CERTAINES d’entre elles, c’est indéniable. A toutes, non. Les généralisations tuent le problème et le réduisent à la polémique. Comme pour la maltraitance sur les enfants. TOUS les enfants ne sont pas victimes— certains d’entre eux, et c’est déjà trop.

  4. décembre 9, 2009 à 5:16

    Malheureusement si on met bout à bout tout ce que les femmes se prennent dans la gueule et ça que ce soit de façon directe et indirecte ( socialement, religieusement, culturellement, médicalement, juridiquement, politiquement) – eh bien – oui – toutes les femmes sont concernées, même celles qui croient ne pas l’être …
    Pas besoin de faire de généralité l’étendue globalisée des degâts est là comme seul preuve …

    C’est pas comme pour ton chien

  5. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 5:33

    Si on prend tout ce que les hommes se prennent dans la tronche (socialement, politiquement, religieusement, juridiquement, etc) tous les hommes sont concernés. Même ceux qui croient ne pas l’être, surtout quand, en plus, on s’en prend à sa fille. Doublement concerné.
    Et puis, j’ai pas de chien.
    Mais je m’occupe des gens. Pas que des hommes, pas que des femmes. Des gens.

  6. décembre 9, 2009 à 5:38

    Ptet bien, mais moi ici je m’occupe essentiellement des femmes et cela d’un point de vue féministe, pas que je n’aime pas les gens – les gens c gentil mais c’est vague, mon angle à moi est plus sécifique même s’il concerne plus de la moitie de l’humanité 😉

  7. décembre 9, 2009 à 5:38

    Et plus la moitié de l’humanité ça fait un sacré paquet de « gens », non ? ^^

  8. décembre 9, 2009 à 5:44

    vous êtes jamais contents les misos …

  9. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 5:45

    J’ suis bien d’accord. Je le conteste pas. La bonne moitié de l’humanité. Effectivement.

  10. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 5:53

    Moi, misogyne ? Enfin…
    Pouvez croire ce que vous voulez, ça me gêne pas. Surtout que je me sens pas concerné.

  11. décembre 9, 2009 à 5:56

    vous n’êtes pas féministe en tous cas …

  12. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 6:07

    J’avoue que je ne sais pas ce que vous mettez sous le mot « féministe », donc je ne peux pas vous répondre. Si c’est le fait de trouver vomitif un type qui frappe sa compagne, qui supporte pas qu’une femme lui donne des ordres parce qu’elle est plus compétente, etc, j’ suis féministe. On va dire qu’une femme à un poste de pouvoir me paraît aussi légitime qu’un homme. Que je suis pour l’égalité des chances et des possibilités quel que soit le sexe. Et toutes ces choses. Dans mon boulot, je côtoie des femmes sans arrêt. J’ai jamais constaté qu’elles étaient moins compétentes ou plus comptétentes que les hommes. Y en a certaines qui sont idiotes, tout comme il y a des hommes complètement idiots. Mais en général, je m’entends mieux avec les femmes. J’ai horreur des « petits coqs » et des blagues de fin de banquet, que ces blagues soient féminines ou masculines.

  13. décembre 9, 2009 à 6:37

    disons que si je reprend les termes de votre premier commentaire il y a deux choses qui remettent en question le fait que vous soyez féministe pour moi et ce sont :

    1- « faut arrêter de parler du mal fait aux femmes. »
    Qu’est ce qui vous gêne à ce point ? Au point qu’il faudrait que je me taise selon votre désir. Effectivement le féminisme s’occupe des femmes et pas juste de qq unes : c’est pas une association caritative mais un vaste mouvement politique avec des tendances assez diverses.
    2- « les généralisations tuent le problème et le réduisent à la polémique »
    le féminisme n’est pas une généralisation mais l’énoncé scrupuleux des toute forme de discrimination et d’inégalité hommes femmes. Le danger de la polémique est contenue dans le fait même qu’on puise ne pas être d’accord pour une féministe avec le machisme et vice versa – j’ai envie de dire, la belle affaire !
    La polémique n’est pas dangereuse pour le féminisme, mais plutôt pour le machisme 😉
    Puisque par nature le féminisme remet ce dernier en question et ce de façon tout à fait légitime …

    Donc comprenez que votre intervention me raconte des choses dans le fond qui se mettent plutôt en opposition au féminisme et pas le contraire …

    J’ai envie de vous dire : vous vous croyez féministe (et pas misogyne ) mais jusqu’à un certain point. Et c’est précisément cette limite, ce point d’achoppement qui vous titille qui fait que vous l’êtes en réalité.

    Voilà mon point de vue.

  14. mon chien aussi
    décembre 9, 2009 à 6:58

    Euh, vous pratiquez l’excision de textes en faisant dire ce que vous voulez. Quand je parle de la violence faite aux femmes, il fallait comprendre aux seules femmes. M’en suis expliqué plus bas dans le texte mais vous l’avez omis. C’est pas correct. J’aime pas la violence quelle que soit la victime de cette violence. Homme, femme, enfant… je fais pas de distinction dans cette affaire. 😉
    Et je ne me suis jamais dit féministe… je vous donnais des exemples des choses qui me révoltent. Quant au machisme, je sais pas non plus très bien ce que c’est. Les rapports de pouvoir, je connais. Les riches et les pauvres, je comprends. Le féminisme, le machisme, les « ismes » en général, j’ai toujours du mal.
    Quand Thatcher était au pouvoir, je me foutais de savoir si elle était femme politique, je savais surtout que sa politique me plaisait pas. C’est vrai que le sexisme m’ennuie. D’un côté comme de l’autre.
    Un salaud reste un salaud et une salope reste une salope.

  15. décembre 9, 2009 à 7:04

    « Quand je parle de la violence faite aux femmes, il fallait comprendre aux seules femmes. »

    Oui donc vous niez la spécificité du féminisme qui est bien de ne s’occuper en priorité que des violences faites aux femmes ! C’est bien là ou je veux en venir.

    « Et je ne me suis jamais dit féministe… je vous donnais des exemples des choses qui me révoltent.  »
    C’est bien ce que j’ai déduit il me semble.

    Je crois qu’on va en rester là.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :