Archive

Posts Tagged ‘Congrès de reims’

la lettre de segolène Royal à Benoit Hamon …

novembre 13, 2008 3 commentaires

Cher Benoît,

Notre congrès est un moment fort que nous avons la responsabilité de réussir. Les
militants attendent que nous agissions au mieux, avec un nouvel état d’esprit serein et
confiant.

Je te remercie du climat constructif de notre échange. J’en ai rendu compte à notre
conseil politique et nous t’adressons les précisions suivantes, dans un esprit de
franchise et de recherche de l’unité que les militants attendent.

Tu as évoqué lors de cet entretien, ainsi que publiquement, trois principes qui te
tiennent à cœur, à toi et tes camarades de motion, pour ce congrès : «le
renouvellement », « l’ancrage à gauche », « le refus d’un accord de gouvernement
avec le Modem »
.

Depuis le début de notre débat de congrès, nous avons porté dans notre motion les
thèmes du renouvellement générationnel et de la diversité, ainsi que celui de la
transformation du parti socialiste. Notre motion fait des propositions précises qui
pourront être enrichies par d’autres idées.

Sur l’ancrage à gauche de notre parti, nous avons fait depuis plusieurs mois déjà,
avant même l’aggravation de la crise financière fin août, des propositions qui
témoignent de notre conviction qu’une combativité nouvelle face au libéralisme est
nécessaire et que nos orientations doivent renouer avec un volontarisme dans la
transformation sociale.

Sur la question des alliances, nous tenons une nouvelle fois à lever toute ambiguïté.
Nous n’avons jamais prôné, dans notre contribution puis dans notre motion,  un
« renversement d’alliance » pour la stratégie de rassemblement qui doit être celle du
parti socialiste.

Nous sommes tous socialistes. Des valeurs communes nous rassemblent tous et sont
très fortes. Les militants attendent notre unité autour de ces valeurs. Ils ont voté le 6
novembre. Par leur vote, ils ont affirmé leur désir d’une transformation profonde de
notre parti et leur soif de fraternité et d’unité.

Ils l’ont fait dans un contexte où le monde change, où le libéralisme échoue et où
monte la demande d’un projet de gauche. Face aux souffrances sociales qui
s’accumulent, nos responsabilités ne peuvent plus être différées. Il y a urgence.

Agir pour que les valeurs humaines s’imposent, porter haut l’exigence de justice
sociale et d’émancipation de la personne humaine, c’est depuis toujours l’ambition
des socialistes. Nos valeurs sont d’une vibrante actualité. Le temps est venu d’écrire
une nouvelle page de notre histoire. Celle du socialisme du 21ème siècle.

La France a besoin d’un Parti socialiste à la hauteur des grands choix politiques qui
l’attendent, capable de faire bloc pour s’opposer et proposer.

Le congrès de Reims doit être le point de départ d’un patient et passionnant travail de
reconquête idéologique autour de nos valeurs et de nos idées face à la droite,
d’élaboration programmatique fondée sur une démocratie militante, participative et
active, de mobilisation pour attirer les forces de la jeunesse, les salariés, les
catégories populaires et moyennes et construire un nouveau rapport de force
politique. Un travail considérable nous attend.

Nous avons la ferme volonté de mettre en avant une équipe cohérente, voulant
vraiment rénover et fédérant tous les talents, toutes les intelligences, toutes les
convictions.

Les socialistes peuvent réussir cette transformation nécessaire avec notamment les
grands défis suivants.

1 – Répondre d’abord à l’urgence de la crise financière et sociale

Nombreux sont celles et ceux, personnes âgées, jeunes, salariés précarisés, chefs de
PME qui ressentent durement les conséquences de la crise. Nous devons leur dire
qu’une autre politique est possible. C’est au Parti socialiste de la proposer.

La France entre en récession. Nous devons partout sur les territoires évaluer les effets
de cette crise. Ce bilan, dressé par les fédérations en lien avec les élus locaux, sera le
préalable à l’organisation d’un grand forum global associant le mouvement social,
syndicats, représentants des services publics, salariés en lutte, entrepreneurs,
associations, universitaires, altermondialistes, consommateurs, petits épargnants…

Ce forum global aura une dimension européenne. La réponse à la crise du capitalisme
n’est pas le domaine réservé des cercles technocratiques et des sommets
intergouvernementaux. L’efficacité de la réponse en dépend.

2 – Cinq orientations pour bâtir le socialisme du 21ème siècle

1) La finance doit être au service de l’économie productive et non pas au service
d’elle-même. Et l’économie productive doit être au service de l’épanouissement
humain. Cela suppose un nouvel ordre économique et social juste, contre la précarité
et pour la société du travail bien rémunéré, rééquilibrant le rapport capital/travail.

2) Il faut un Etat préventif et stratège qui change les rapports de force. Distribuer
après coup ne suffit plus. Cela suppose un nouveau modèle de croissance associant
dynamisme économique, politique industrielle, progrès social et écologie.

3) Faire partout le choix écologique de l’excellence environnementale. Urgence
sociale et urgence environnementale sont désormais liées. Cela suppose de favoriser
une croissance sobre qui tienne compte de la rareté des ressources, d’organiser
l’après-pétrole et de promouvoir de nouvelles révolutions technologiques.

4) Oser la démocratie jusqu’au bout et refonder le pacte républicain. Cela suppose de
nouvelles institutions, de nouveaux pouvoirs pour les territoires, une réelle
démocratie sociale et participative, le pluralisme médiatique, l’indépendance de la
justice. Cela suppose d’avoir pour objectif de l’égalité réelle et de reconnaître la
France métissée comme une chance.

5) Réorienter l’Europe pour la relancer.

3 – Faire du Parti Socialiste une force neuve

Notre objectif est de faire du Parti Socialiste le grand parti démocratique, populaire et
de mobilisation sociale dont la France a besoin.

Le respect du vote des militants sera la règle absolue, car c’est la condition première
d’une unité nouvelle des socialistes.

Nous voulons construire un parti de masse. Le montant de l’adhésion ne doit plus être
un obstacle au militantisme qui est d’abord un don de temps.

Des responsabilités seront décentralisées aux fédérations pour que le parti fonctionne
de façon ascendante en s’appuyant sur notre action concrète dans les régions, les
départements et les communes. Des dotations financières plus importantes leur seront
attribuées aux fédérations.
Une université populaire de la connaissance sera créée dans chaque région pour
permettre à tous les citoyens d’accéder à la culture politique qui permet à chacun
d’avoir les outils de compréhension et d’analyse pour intervenir dans les débats
d’idées.

Le parti organisera de nouvelles formes de militantisme : réseaux de solidarité
concrètes, actions en direction des salariés, implantation dans les quartiers, place des
nouvelles technologies, recrutement de nouveaux adhérents etc.

4 – Fédérer la gauche
La stratégie des socialistes a toujours consisté d’abord à rassembler la gauche, toute
la gauche, autour d’un contrat de gouvernement.

Celui-ci doit être préparé par un comité d’action de la gauche, ouvrant la perspective
à terme d’une fédération. Ce comité ouvrira largement ses débats en associant les
militants, en organisant des campagnes de mobilisation et d’actions.

C’est à partir de cette stratégie que les socialistes ont vocation à s’adresser seulement
ensuite à toutes les forces susceptibles de se reconnaître dans le projet socialiste pour
battre la droite.
¤

Tous les sujets sont ouverts et il appartient à la future majorité de notre parti à
laquelle nous souhaitons que toi et tes amis participent, de les faire avancer pour les
appliquer.

Amicalement

Ségolène Royal et les responsables de la motion E

Publicités

Peillon met les points sur les I …

novembre 12, 2008 Laisser un commentaire

Face à l’intox de ces dernières 48h (alliances avec le modem, mise en place d’un front TSS, fuite prématuré de la condidature etc) Peillon recadre le débat …

http://les-4-verites.france2.fr/

Segolène Royal et la Motion E : l’heure du rassemblement est à l’odre du jour … suspense !

novembre 11, 2008 Laisser un commentaire

Chers amis,
Vous trouverez ci-joint le document ouvert proposé par Ségolène Royal et l’équipe de la motion E aux représentants des autres motions pour construire la base politique d’un rassemblement majoritaire lors du Congrès de Reims.

Comme vous le constaterez, ce document propose le rassemblement et l’unité du parti socialiste sur la base de sa rénovation, de son ouverture et d’une politique offensive pour en faire le moteur de l’opposition et de l’alternative de gauche à la politique de Nicolas Sarkozy. Il ne donne aucune prise aux procès d’intention que certains ténors socialistes ont cru bon d’étaler dans la presse pour justifier leur souhait d’une alliance excluant Ségolène Royal et la motion E (alliance avec le MODEM, nature du parti).

Ainsi, chacune et chacun est mis devant ses responsabilités. Elles ne sont pas celles d’un clan ou d’une motion, mais celles de chaque socialiste pour doter le pays et tous ceux qui souffrent de la brutalité des choix politiques actuels, de l’outil indispensable à la reconquête et au changement, selon les principes de justice, de solidarité et de redistribution sociales.

Avec mes fidèles amitiés socialistes
Daniel ASSOULINE

75ème CONGRES SOCIALISTE  14, 15 ET 16 NOVEMBRE 2008 à REIMS

POUR L’UNITE ET LE
RENOUVEAU DU PARTI
SOCIALISTE

Document de travail ouvert proposé par Ségolène ROYAL et l’équipe
de la motion E à toutes les autres motions du Congrès de Reims

«  Pour l’unité et le renouveau du Parti Socialiste Les militants ont voté le 6 novembre. Par leur vote, ils ont affirmé leur désir d’une transformation profonde de notre parti et leur soif de fraternité et d’unité. Ils l’ont fait dans un contexte où le monde change, où le libéralisme échoue et où monte la demande d’un projet de gauche. Face aux souffrances sociales qui s’accumulent, nos responsabilités ne peuvent plus être différées. Il y a urgence. Agir pour que les valeurs humaines s’imposent, porter haut l’exigence de justice sociale et d’émancipation de la personne humaine, c’est depuis toujours l’ambition des socialistes. Nos valeurs sont d’une vibrante actualité. Le temps est venu d’écrire une nouvelle page de notre histoire. Celle du socialisme du 21ème siècle. La France a besoin d’un Parti socialiste à la hauteur des grands choix politiques qui l’attendent, capable de faire bloc pour s’opposer et proposer. Le congrès de Reims doit être le point de départ d’un patient et passionnant travail de reconquête idéologique autour de nos valeurs et de nos idées face à la droite, d’élaboration programmatique fondée sur une démocratie militante, participative et active, de mobilisation pour attirer les forces de la jeunesse, les salariés, les catégories populaires et moyennes et construire un nouveau rapport de force politique. Un travail considérable nous attend. Nous proposons de mettre le parti en mouvement autour de quatre grands chantiers destinés à redonner au PS toute sa place auprès des Français. Avec la ferme volonté de mettre en avant une équipe cohérente, voulant vraiment rénover et fédérant tous les talents, toutes les intelligences, toutes les convictions. Tous ensemble, les socialistes peuvent réussir cette transformation nécessaire

. 1 – Répondre d’abord à l’urgence de la crise financière et sociale Nombreux sont celles et ceux, personnes âgées, jeunes, salariés précarisés, chefs de PME qui ressentent durement les conséquences de la crise. Nous devons leur dire qu’une autre politique est possible. C’est au Parti socialiste de la proposer. La France entre en récession. Nous devons partout sur les territoires évaluer les effets de cette crise. Ce bilan, dressé par les fédérations en lien avec les élus locaux, sera le préalable à l’organisation d’un grand forum global associant le mouvement social, syndicats, représentants des services publics, salariés en lutte, entrepreneurs, associations, universitaires, altermondialistes, consommateurs, petits épargnants… Ce forum global aura une dimension européenne. La réponse à la crise du capitalisme n’est pas le domaine réservé des cercles technocratiques et des sommets intergouvernementaux. L’efficacité de la réponse en dépend.

2 – Cinq orientations pour bâtir le socialisme du 21ème siècle
1) La finance doit être au service de l’économie productive et non pas au service d’elle-même. Et l’économie productive doit être au service de l’épanouissement humain. Cela suppose un nouvel 2
ordre économique et social juste, contre la précarité et pour la société du travail bien rémunéré, rééquilibrant le rapport capital/travail. 2) Il faut un Etat préventif et stratège qui change les rapports de force. Distribuer après coup ne suffit plus. Cela suppose un nouveau modèle de croissance associant dynamisme économique, politique industrielle, progrès social et écologie. 3) Faire partout le choix écologique de l’excellence environnementale. Urgence sociale et urgence environnementale sont désormais liées. Cela suppose de favoriser une croissance sobre qui tienne compte de la rareté des ressources, d’organiser l’après-pétrole et de promouvoir de nouvelles révolutions technologiques. 4) Oser la démocratie jusqu’au bout et refonder le pacte républicain. Cela suppose de nouvelles institutions, de nouveaux pouvoirs pour les territoires, une réelle démocratie sociale et participative, le pluralisme médiatique, l’indépendance de la justice. Cela suppose d’avoir pour objectif de l’égalité réelle et de reconnaître la France métissée comme une chance. 5) Réorienter l’Europe pour la relancer.

3 – Faire du Parti Socialiste une force neuve Notre objectif est de faire du Parti Socialiste le grand parti démocratique, populaire et de mobilisation sociale dont la France a besoin. Le respect du vote des militants sera la règle absolue, car c’est la condition première d’une unité nouvelle des socialistes. Nous voulons construire un parti de masse. Le montant de l’adhésion ne doit plus être un obstacle au militantisme qui est d’abord un don de temps. Des responsabilités seront décentralisées aux fédérations pour que le parti fonctionne de façon ascendante en s’appuyant sur notre action concrète dans les régions, les départements et les communes. Des dotations financières plus importantes leur seront attribuées aux fédérations. Une université populaire de la connaissance sera créée dans chaque région pour permettre à tous les citoyens d’accéder à la culture politique qui permet à chacun d’avoir les outils de compréhension et d’analyse pour intervenir dans les débats d’idées. Le parti organisera de nouvelles formes de militantisme : réseaux de solidarité concrètes, actions en direction des salariés, implantation dans les quartiers, place des nouvelles technologies, recrutement de nouveaux adhérents etc.
4 – Fédérer la gauche La stratégie des socialistes a toujours consisté d’abord à rassembler la gauche, toute la gauche, autour d’un contrat de gouvernement. Celui-ci doit être préparé par un comité d’action de la gauche, ouvrant la perspective à terme d’une fédération. Ce comité ouvrira largement ses débats en associant les militants, en organisant des campagnes de mobilisation et d’actions. C’est à partir de cette stratégie que les socialistes ont vocation à s’adresser seulement ensuite à toutes les forces susceptibles de se reconnaître dans le projet socialiste pour battre la droite. »

Les égales du PS

novembre 11, 2008 Laisser un commentaire

Contribution des EGALES

« Le congrès de Reims ouvre une ère nouvelle qui peut être celle de tous les meilleurs possibles. Les femmes du Parti Socialiste ont des attentes précises de ce congrès. En particulier celle d’être reconnues comme membres à part entière de leur parti. Nous devons traiter ce problème ici et maintenant et non pas nous contenter une nouvelle fois, comme lors de nos précédents congrès, de brosser un panorama à la Zola du sort réservé aux femmes dans les différentes sphères de la société. A quoi cela sert- il si nous n’avons aucune marge d’action politique ? L’urgence est de régler une fois pour toutes la question de la place légitime des femmes au sein du Parti Socialiste, de la parité dans nos instances. Alors, et seulement alors, nous aurons les moyens de faire pour les femmes et avec elles ce que nous disons, et avec elles nous engager à changer les choses. »

Bravo pour cette initiative ! Avec Segolène Royal les femmes sont enfin en marche avant au PS ! Sortons de l’ornière !

voter coûte que coûte !

novembre 6, 2008 Laisser un commentaire

plusieurs personnes autour de moi sont victimes d’une gestion des nouveaux  adhérents du PS un peu surréaliste : toutes ces personnes ont été débitées sur leur compte de leur cotisation mais aucune n’est inscrite sur le fichier des militants au niveau, dit on, des fédés …

Ne vous laissez pas faire !

Allez voter ! Comme par hasard ça tombe sur des sections anti sego envers des militants pro Sego !!!

la Bellevilloise hier au soir …

novembre 6, 2008 Laisser un commentaire

Une salle pleine à craquer, quand je dis pleine à craquer ce fût à tel point que je suis sortie sur la rampe d’accès prendre un peu d’air … Bondée, pleine, on ne pouvait plus faire un pas … le moindre recoin est pris d’assaut. J’ai fait tous les meeting de Segolène Royal à la Bellevilloise, celui d’hier avait la plus grosse affluence.

… vivement ce soir …

Et puis je voudrais rajouter que, jusqu’au bout cela aura été un vrai parcours de combattante que de soutenir Segolène Royal – rien ne nous aura été épargné depuis l’annonce de sa candidature aux Présidentielles -jusqu’à la motion E : matraquage, diffamations, menaces, évictions des adhérants DDA dans les sections, racisme adhérants à 20e, « oublis » de validation adhérant de cotisants dans les sections … montage de calendrier de Congrès pour éssouffler les Segolènistes, faux sondages dans la presse mettant en avant Delanoé et Aubry, manipulations des sondages en ligne  pas plus tard qu’hier avec tout à coup +5 points pour Hamon … C’est la panique à Solférino.