Archive

Posts Tagged ‘Europe’

Pourquoi j’ai voté Eva Joly

juin 13, 2009 2 commentaires

Tout est dans le titre – perso (et je suis loin d’être la seule) je n’ai pas du tout voté pour Cohn Bendit au premier chef mais bien pour Eva Joly. Cette façon de ramener, dans la presse, le vote EE uniquement sur CB m’hérisse un peu je dois dire … Voilà, c’est dit.

Comment le PS a loupé son entrée dans la politique du 21 eme siècle

juin 8, 2009 7 commentaires

Voilà c’est fini.

Un page s’est tournée. Martine Aubry était décomposée. Le PS est mort. Si le PS avait soutenu Mme Royal pour les Présidentielles et le secrétariat du PS, il est sûr que la politique de la France aurait aujourd’hui un tout autre visage que ce soit sur le plan National ou Européen. Depuis la défaite du 6Mai 2007 tout le monde a pillé le programme de Segolène Royal. Sarkozy d’abord et puis petit à petit tout le monde a grapillé un truc, à droite comme à gauche. Si on regarde le clip de EE dans l’article précédent il porte in extenso les grande lignes d’une partie du pacte Présidentiel de Mme Royal en 2007 – pire, si on regarde à nouveau et attentivement l’émission de jeudi dernier chez Arlette Chabot toute les tendances de la gauche et EE étaient d’accord sur un smic à Européen à 1600e … EN 2007 – il avait été reproché à Royal d’avoir « affabulé » son éléctorat avec sa proposition d’un smic à … 1500e – on croit rêver. Ce soir le discours de Daniel Cohn Bendit aurait pu être écrit par Segolène Royal. Quand Cohn Bendit utilise des mots comme « amour », « histoire d’amour » il n’y aura personne demain pour le traiter de Sainte, de Jeanne D’Arc, d’illuminé ou de psychologiquement fragile … non … car Daniel Cohn Bendit est un homme.

Segolène Royal avait deux années d’avance sur tout le monde en 2007, même sur les écologistes. Le PS lui a littéralement coupé les ailes – se privant par la même occasion de l’accès à la politique du 21eme siècle. Les grandes lignes, ses grandes lignes tout le monde les a pris à son propre comptant aujourd’hui : Priorité sur l’éducation, la recherche, les technologie. La fin de suprématie financière. Le partage des richesses. Les nouvelles relations nord sud – l’afrique. L ‘écologie et les énergies renouvelables, la création des états unis d’Europe, le concept de politique Citoyenne ( la France Présidente)   … et la revaloristaion du smic 😉 … On lui a tout chipé , jusqu’à ses propres expressions … Ce soir encore on a pu entendre Xavier Bertrand dire qu’il avait « l’Europe chevillée au corps » hallucinant !  … A croire que depuis Mai 2007, ils se tous tapés les discours de Royal en intégral, mais en catimini ! ^^

Les élections Européennes nous disent donc qu’elle avait eu raison sur tout. Et pourtant, personne ne l’a laissé passer. Le sexisme est l’arme la plus cruelle contre les idées et le progrès. Et ce sera, toujours, à l’endroit de Mme Royal la pire des injustice qu’on lui aura portée et ce d’abord et essentiellement par son propre parti. Ils ont voulu la faire passer pour une gourde. Résultat des courses, le PS s’est littéralement suicidé ce soir, en se vidant de son sang militant.  Royal c’ était la chance que le monde entier nous enviait et on l’a laissé tomber. Enfin pas tous …

Voilà, je crois que c’est le moment pour Mme Royal de créer enfin son propre parti. De s’allier ensuite avec Europe Ecolgie. Et de faire par la suite ce front de gauche et démocratique pour renverser Sarkozy. C’est maintenant qu’il faut le faire. C’est maintenant ou jamais.

Wildo

Segolène Royal pour les Etats-Unis d’Europe

Chères amies, chers amis,

Les Etats-Unis d’Europe, dont j’ai appelé à la création lors du meeting de Rezé, constituent le grand dessein politique mobilisateur que l’Europe attend.

Vous avez été très nombreux, militants, internautes à me faire part de votre enthousiasme pour cette belle idée. Des éditorialistes, comme Bernard Guetta sur France inter, s’en sont également fait l’écho.

Oui, je veux pour l’Europe un objectif politique de haut niveau. Il nous faut réaliser enfin le rêve que Victor Hugo formulait lors du Congrès international de la Paix de Paris.

C’est le mandat que doivent recevoir aujourd’hui les députés européens soutenus par les peuples : qu’ils s’emparent du projet d’Etats-Unis d’Europe et qu’ils lui donnent vie.

Je l’ai dit à Rezé :

« Saisissez l’occasion, ne la laissez pas passer, elle sera historique. N’écoutez pas le moment venu ceux qui vous diraient que ce n’est pas votre mandat. Les délégués des Etats généraux n’avaient pas reçu non plus le mandat de décréter les droits de l’homme.
Et pourtant ils l’ont fait. Et qui songerait à leur reproche ?

N’hésitez pas à faire rentrer l’Europe dans l’histoire.
Appelez les parlements nationaux en renfort. Ils vous rejoindront.
Appelez les peuples en soutien, ils convergeront.

Des obstacles vous en aurez. Les forces de l’argent vous barreront le chemin. Et si vous trébuchez, relevez-vous. Reprenez votre souffle pour continuer l’effort jusqu’à la ligne d’arrivée.

Ce jour là, enlevez vos écouteurs et écoutez le tumulte des places et des rues, la joie et la fête, un langage qui se passe de traduction, le langage des peuples unis.
Ce jour là vous proclamerez les Etats-Unis d’Europe.

Ou l’Europe marche vers l’unité politique, ou elle se disloquera dans les nationalismes.  Et souvenons-nous de François Mitterrand : le nationalisme c’est la guerre.
On ne veut pas de la guerre économique de tous contre tous, où l’homme devient un loup pour l’homme.

A l’opposé, nous les connaissons les ciments politiques des Etats Unis d’Europe : justice sociale au service de l’efficacité économique, démocratie exemplaire, combat écologique, libertés.

Les socialistes se sont donnés la mission de l’Europe unie, sociale et humaniste.
C’est aux socialistes, fidèles à leur promesse,  de préparer le grand destin politique qui attend les peuples du continent et c’est à nous de le commencer dans le futur parlement européen d’abord.

Vous aurez, futurs députés européens, mandatés par les peuples impatients, une grande responsabilité.
Nous vous regarderons, nous vous soutiendrons.
Concentrez-vous sur l’essentiel, car à force de sacrifier l’essentiel à l’urgent, on oublie l’urgence de l’essentiel.
Rendez-vous le 7 juin, c’est urgent, c’est essentiel !
Que pas une voix ne manque. »

Nous sommes la troisième génération à faire l’Europe. Avant nous, il y a eu celle des Pères fondateurs, qui ont construit l’Europe après les horreurs de la guerre. Il y a eu aussi la génération qui, après la chute du mur de Berlin, a réunifié le continent. A nous d’aller plus loin aujourd’hui dans l’unité, avec les peuples et pour eux.

C’est pourquoi je vous invite à faire vivre le débat en ouvrant des Forum partout sur vos territoires et en faisant signer des pétitions de soutien aux Etats-Unis d’Europe, pour que le mouvement que j’appelle de mes vœux fasse son chemin.

L’Europe a besoin de nous. Alors pour les Etats-Unis d’Europe, agissons !
Amitiés, SR

Ségolène Royal plaide pour les « États-Unis d’Europe »

royal rezé

Ségolène Royal plaide pour les « États-Unis d’Europe » dans l’indifférence

Ségolène Royal plaide pour les « États-Unis d’Europe » dans l’indifférence médiatique. Foin des précautions conceptuelles des leaders du PS qui ne veulent surtout pas s’aliéner l’électorat noniste (avec le succès que l’on voit, celui-ci étant désormais donné à 20 % d’intentions de vote) : Ségolène Royal a proclamé, mercredi 27 mai, lors d’un meeting à Rezé, que* « le moment est venu de créer les États-Unis d’Europe »*. La candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2007 renoue ainsi avec éclat avec le fédéralisme des pères fondateurs dont elle se veut l’héritière.

Dans un vrai discours de combat, elle invite le Parlement européen à se transformer en constituante : *« n’écoutez pas ceux vous dirons que ce n’est pas votre mandat : les délégués des États généraux n’avaient pas non plus reçu mandat de déclarer les Droits de l’Homme, pourtant ils l’ont fait. N’hésitez pas, députés socialistes, à faire entre l’Europe dans l’histoire. Appelez les parlements nationaux en renfort (…), appelez les peuples en soutien ». « Nous voulons plus d’Europe, nous voulons une Europe de plus »*, a-t-elle martelé : *« vous devez faire l’Europe unie, l’Europe unie despeuples d’Europe ».*

Pour elle, si les citoyens s’éloignent de l’Europe, c’est parce que *« nous restons en deçà des désirs des peuples ».* Si elle n’a pas détaillé
l’architecture institutionnelle qu’elle souhaitait, elle a néanmoins indiqué qu’elle souhaitait l’élection au suffrage universel d’un *« Président de
l’Europe »* et des *« listes transnationales » *pour les prochaines élections européennes. Pour Royal, l’alternative est simple : *« ou l’Europe
marche vers l’unité politique, ou elle se disloque dans les nationalismes. Et comme l’a dit François Mitterrand, le nationalisme c’est la guerre ».*

Un discours courageux qui rompt avec le ronron de la campagne, mais dont aucun média (hormis Bernard Guetta dans sa chronique sur France Intervendredi matin) n’a pourtant parlé.

Presse écrite, télévision, radio se sont contentées de commenter la mise en scène de la réconciliation entre  Ségolène et Martine
destinée à sauver le soldat socialiste en perdition, décrivant même parfois les tenues des deux adversaires provisoirement amies. Je n’ai découvert ce discours que tardivement parce qu’un journaliste de mes amis a attiré mon attention sur la véritable révolution qu’il constituait. Devant
un tel black out médiatique, comment s’étonner que l’abstention sera sans doute le grand vainqueur d’un rendez-vous pourtant fondamental pour
l’avenir? Le discours de Royal avait pour but de lancer un vrai débat sur le projet européen : faut-il revenir à l’État nation, s’en tenir à l’existant
ou accélérer le mouvement, face aux crises qui ravagent le monde ?

Manifestement, personne n’a envie d’un tel débat, que ce soit du côté des politiques ou des journalistes. Le citoyen n’est pas censé s’intéresser au
fond.

Pourtant, un sondage Eurobaromètre, réalisé en avril et mai dernier auprès de 2000 Français de 15 ans et plus, montre que 69 % d’entre eux se sententmal informés sur le fonctionnement de l’Union européenne, soit six points de plus qu’en 2006, date de la précédente enquête Eurobaromètre réaliséequelques mois après le référendum de 2005. Et seuls 7 % des Français sesentent bien informés, soit 3 points de moins qu’en 2006. *71 % des sondésestiment que les médias devraient leur parler davantage d’Europe *(curieusement-9 points par rapport à 2006) et 76 % (-11 points) attendent la mêmeattitude des politiques.

Source  Jean Quatremer

Eva Joly : l’appétence infinie de certains

[dailymotion id=x8tyax]

Eva Joly : l’appétence infinie de certains

En campagne à Mouans-Sartoux : « Ceux qui privatisent les profits et collectivisent les pertes s’attribuent des bonus, ne pas revenir sur le paquet fiscal est une faute grave »

Catégories :démocratie, politique Étiquettes : , , ,