Archive

Posts Tagged ‘Nafissatou Diallo’

L’ex-directrice de la Sex Crimes Unit accable DSK

septembre 21, 2011 Laisser un commentaire

Pendant vingt-huit ans, Lisa Friel a été procureur adjointe au tribunal de Manhattan. Elle a dirigé à partir de 2002, avant de démissionner, la Sex Crimes Unit, brigade spécialisée dans la répression des crimes sexuels, créée en 1974. Cette unité a enquêté sur l’affaire DSK et a été popularisée par la série télévisée « New York, police judiciaire ».

En exclusivité, Lisa Friel, l’ex-directrice de cette brigade, sera ce soir sur le plateau de France 3 dans l’émission « Pièces à conviction », devenue mensuelle, aux côtés de la présentatrice, Patricia Loison. Elle reprend le flambeau d’Elise Lucet à l’occasion de la diffusion à 22h55, d’un documentaire réalisé par Lysa Jackson quelques mois avant l’affaire DSK et diffusé aux Etats-Unis en juin.

La Sex Crimes Unit est réputée être une brigade d’élite, mais, en France, on lui reproche d’avoir fait une erreur dans l’affaire DSK.
LISA FRIEL. Dans ce service prestigieux, on apprend à travailler correctement et dans l’intérêt de la justice. Une erreur ? Je ne sais si c’est le cas. Nous avons fait notre job et je peux dire que je suis fière de mon ancienne équipe. On nous a signalé des faits et nous avons agi en conséquence pour enquêter. Policiers et procureurs sont des humains, mais notre équipe est parfaitement rodée et expérimentée pour faire face. Notre force, c’est l’expérience. C’est nous qui avons découvert les problèmes autour de ce dossier.

Que savez-vous de l’entretien de DSK à la télévision ?
Si j’ai bien compris, il semblait dire qu’il est innocent, qu’il n’y a pas de preuves contre lui et que sa victime avait menti sur tout. Il suffit de lire le rapport pour comprendre que c’est un peu différent. Nous avons bien trouvé des preuves scientifiques, mais nous n’avons pas pu prouver ce qui s’est passé ce jour, au-delà du doute raisonnable, comme on dit dans notre procédure. Et nous avions des points d’interrogation sur la crédibilité de la victime.

Que doit-on penser de Nafissatou Diallo ?
Je peux vous affirmer que Nafissatou Diallo est bien une victime. Il existe des éléments de preuves qui étayent son propos. Je ne peux croire qu’elle ait inventé tout cela de toutes pièces. Je crois surtout les preuves. Mais ces éléments dont nous disposions n’étaient pas suffisants pour poursuivre ce dossier et pour l’affirmer, sans doute raisonnable, devant un jury de douze personnes et à l’unanimité. Dans un tribunal américain, dans une procédure au pénal, la charge de la preuve doit être indiscutable. Ce que vous pensez pouvoir prouver et ce que vous croyez être la vérité sont deux choses bien différentes. Au mois de juin, deux policiers accusés de viol dans l’exercice de leur fonction ont été relaxés par le tribunal de Manhattan parce que nous n’avons pas su convaincre le jury.

Vous n’êtes plus procureur, mais, en tant que femme, que savez-vous de ce qui s’est passé dans cette chambre ?
En tant que femme, et non en tant que procureur, je vous fais part de mes sentiments personnels. Ce qu’ a fait DSK va bien au-delà d’une faute morale comme il l’a invoqué. Il s’est très mal comporté. Je pense même que c’était pire que cela.

Avez-vous été surprise par la requête de renonciation ?
Non, pas du tout. Nous savions que nous ne pouvions aller au bout de l’affaire.

Votre démission est-elle liée à l’échec de ce dossier ?
Non, pas du tout ! J’ai trois enfants qui vont à l’université et une autre qui y ira bientôt et il faut que je gagne un peu plus d’argent (NDLR : les procureurs sont mal payés aux USA).

 

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/dsk-la-chute/l-ex-directrice-de-la-sex-crimes-unit-accable-dsk-21-09-2011-1617892.php

Publicités

Le deuxième mensonge de DSK, le grand nettoyage de Google par les ANgrywOmeNYMOUS

septembre 17, 2011 7 commentaires

Lisez et partagez ce blog – vous y verrez comment DSK et son équipe nettoient les requêtes Google pour éviter de faire monter les articles et les réactions qui sont à son désavantage concernant ses deux procès pour tentatives de viol … Le perv veut aller à l’Elysée ? barrons lui la route coûte que coûte

Lire et partager sur le blog « Nous sommes toutes des femmes de chambre »

Nafissatou Diallo : la véritable traduction de la conversation téléphonique

juillet 28, 2011 4 commentaires

Début juillet, le New York Times avait révélé que Nafissatou Diallo avait téléphoné, le lendemain de l’agression présumée, à un ami emprisonné en Arizona pour une affaire de drogue. Elle aurait affirmé en parlant de DSK: «Ce type a beaucoup d’argent, je sais ce que je fais», selon le New York Times.

Cette conversation est l’un des éléments clés qui a fait vaciller l’accusation, entraîné la libération sur parole de DSK, et jeté une ombre sur les motivations réelles de la femme de chambre guinéenne qui affirme avoir été violée le 14 mai dans une suite de l’hôtel Sofitel de New York.

D’après le journal, les enquêteurs ont mis plusieurs semaines avant de réussir à traduire cet échange téléphonique en peule, l’ethnie d’origine de Mme Diallo. D’autres médias avaient d’ailleurs indiqué que la traduction de ces propos, difficile, n’était pas limpide et soulevait des questions.

A la sortie mercredi du tribunal de Manhattan, l’avocat Me Kenneth Thompson a établi sa version des faits.

«Certaines choses ont été mélangées dans cette citation qui a été donnée au New York Times», a-t-il déclaré. «Nous avons écouté cet enregistrement et il montre que la victime n’a jamais prononcé ces mots».

«Elle a dit à cette personne que « quelqu’un a essayé de me violer et c’est quelqu’un qui a du pouvoir, un homme important »», a assuré l’avocat.

Dans une interview donnée à la télévision américaine ABC et diffusée lundi et mardi, Mme Diallo a affirmé n’avoir jamais prononcé les mots qui lui sont prêtés par le quotidien. La femme de chambre dit qu’elle a déclaré «je sais ce que je fais» au moment où elle évoquait, au téléphone, le fait de recourir à un avocat.

Suite de l’article ici : L’accusatrice entendue pendant huit heures sur une conversation clé

Affaire DSK : la femme de chambre parle pour la première fois aux médias

juillet 25, 2011 4 commentaires

« La femme de chambre du Sofitel de Manhattan qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l’avoir violée le 14 mai dernier, s’exprime pour la première fois publiquement et à visage découvert. Deux interviews dans deux grands médias américains, Newsweek et ABC news, où elle plaide elle-même sa cause. Les avocats de l’ex-patron du FMI crient au scandale et à la manipulation. » France Info

 

The Maid’s Tale

She was paid to clean up after the rich and powerful. Then she walked into Dominique Strauss-Kahn’s room—and a global scandal. Now she tells her story.

DSK – ment-il comme il respire ? …

juillet 7, 2011 4 commentaires

Raté donc, contrairement à la rumeur distillée par le New-York Times  il y a quelques jours Cyrus Vance maintient bien les charges contre DSK et l’avocat de Nafissatou Diallo portera plainte contre le journal New-York Post pour avoir affirmé que cette dernière serait une prostituée :

« Le journal avait écrit samedi, en citant une source proche du dossier, que la jeune femme guinéenne de 32 ans se livrait « régulièrement » à la prostitution et que DSK « avait refusé de la payer » après une relation sexuelle présumée le 14 mai dans la suite 2806 du Sofitel de New York. « 

Alors évidemment tout le monde est tombé dans le panneau en France, à la lecture de l’article du Times. Pourtant les avocats de DSK nous avaient prévenus des méthodes à venir qui consisteraient en majeure partie à discréditer et salir la plaignante de quelques manière que ce soit.

Force est de constater qu’ils n’ont en vérité pas grand chose à se mettre sous la dent pour le faire. En dernier recours ils auront donc simplement traité la plaignante de « Pute » devant la face du monde en s’arrangeant pour faire passer le « truc » par l’intermédiaire d’une soi-disante enquête nourries de fuites venant du bureau du Proc.

Tout ça sent l’enfumage à plein nez. C’est d’une pauvreté affligeante et ça me fait juste penser à n’importe quel gros connard, qui pour se sortir d’un différent avec une femme n’a bien souvent que cette alternative à la bouche quand il est acculé : la traiter de Pute.

Sale pute, espèce de pute, t’es qu’ une pute etc – on connaît la chanson …

Or – le plus étrange c’est que personne n’a voulu relever le fait que depuis vendredi dernier, entres les lignes, dans les articles écrits par la presse on trouve des phrases clefs comme celle-ci par exemple : « Les analyses ADN ont bien confirmé qu’il y avait eu rapport sexuel ». Aha !

« Although forensic tests found unambiguous evidence of a sexual encounter between Mr. Strauss-Kahn, a French politician, and the woman, prosecutors now do not believe much of what the accuser has told them about the circumstances or about herself.  » New York Times du 1er Juillet 2011.

Or, souvenez vous bien, DSK avait tout nié en bloc au début, NafissatouDiallo était selon lui qu’une affabulatrice … Et pourtant DSK a bien laissé ses traces intimes sur la victime.  L’ADN ne sachant mentir il a fallu transformer très rapidement l’agression sexuelle en acte de prostitution consenti et faire passer Nafissatou Diallo pour une menteuse … on comprend donc mieux l’énergie avec laquelle la cabale est montée.

Reste à savoir pourquoi personne ne s’intérésse d’avantage aux mensonges répétés de DSK qui sont pourtant, eux, jour après jour, gros comme le nez au milieu de la figure …

Theo